Un homme qui se découvre – Œuvre n°6

Retable de l’église Saint Martin : La Vierge et l’Enfant entre les douze apôtres

Nolay, Bourgogne, vers 1400-1425

Retable - Nolay - profil gauche

« Allez donc : de toutes les nations faites des disciples, les baptisant au nom du Père et du
Fils et du Saint-Esprit, leur apprenant à garder tout ce que je vous ai prescrit. Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin des temps »

(Évangile selon Saint Matthieu 28, 19-20)

ENTRÉE

Ce panneau est un retable, c’est-à-dire un décor d’autel, situé en arrière de la table eucharistique.

Jadis, ce décor était peint : il demeure quelques traces de polychromie. Il célèbre la foi en une « Église une, sainte, catholique et apostolique » exprimée dans le Credo.

LECTURE DE L’ŒUVRE

Ce retable présente une iconographie assez traditionnelle, figurant la Vierge Marie portant l’Enfant-Dieu et douze Apôtres dans un beau décor d’architecture qui crée la profondeur et accentue l’unité du groupe. C’est par et dans cette unité que l’Église se rend pleinement présente.

La composition est symétrique et légèrement animée. Les Apôtres, dont on reconnaît parfois les attributs, sont disposés autour de la Vierge et l’Enfant. On peut reconnaître à droite saint Pierre avec les clefs du Paradis et à gauche saint Paul avec l’épée de son martyre. Ce sont les deux piliers de l’Église primitive autour desquels s’organise la diffusion de l’Évangile. Chaque Apôtre a sa mission et son charisme, qui sont plus ou moins rendus visibles par une attitude et des traits physiques.

Nous pouvons aussi contempler dans cette œuvre le mystère de l’Église apostolique,  c’est-à-dire envoyée pour transmettre tout ce qu’elle accueille du Christ : sa sagesse, mais aussi son Corps et son Sang reçus au cours de la dernière Cène. C’est alors que Jésus institue l’Eucharistie et demande aux disciples : « Faites ceci en mémoire de moi » (Évangile selon saint Luc 22, 19).

Ce retable invite enfin à regarder la Vierge Marie comme Mère des Apôtres et de l’Église, comme l’a voulu Jésus sur la Croix, avant de mourir : « Jésus, voyant sa mère et près d’elle le disciple qu’il aimait, dit à sa mère : « Femme voici ton fils » et il dit au disciple : « Voici ta mère ». À partir de cette heure, le disciple la prit chez lui. » (Évangile selon saint Jean 19, 27). Les Apôtres deviennent à leur façon porteurs du Christ. Et par leur apostolat, ils font naître l’humanité nouvelle dans la vie divine.

ÉCHO SPIRITUEL

Rappelons-nous que ce retable était en arrière-plan des célébrations de la messe. Tandis que le prêtre donnait aux fidèles le Corps du Christ, il invitait à contempler l’Église dans sa maternité. À l’image de la Vierge Marie qui enfante le Fils de Dieu, l’Église, par la prédication et les sacrements, enfante et fait grandir les hommes dans la foi et l’amour.

Cette mission est toujours d’actualité, et j’y ai ma place : elle m’y attend, quelle que soit ma condition. Ceci n’est pas sans difficulté, et sans doute en ai-je fait l’expérience. Mais plus que toute autre, elle me donne de communier à la vie de Dieu. En ai-je déjà goûté la joie ?

D’UNE ŒUVRE A L’AUTRE

Dans la Bible, les prophètes ont expérimenté à la fois la joie et la difficulté à suivre l’appel de Dieu. Approchons-nous d’une icône du début du XVIe s. représentant le dernier prophète précédant Jésus : saint Jean Baptiste.

Cliquez ici pour passer à l’œuvre suivante